Questions fréquentes

   “ Si j’en ai marre de la réanimation dans 20 ans, qu’est-ce que je fais ?” 


   Le DES MIR a effectivement l’inconvénient d’offrir un exercice hospitalier exclusif (public et privé) en soins critiques. Si l’activité clinique de la réanimation ne vous plaît plus dans 20 ans, il y a souvent la possibilité de diminuer son activité clinique au profit de la recherche, de l’enseignement ou de la gestion du service. Les FST peuvent également vous permettre d’avoir une activité clinique en dehors des soins critiques.

 

    “Quelle est la différence entre l’ancien DESC de réanimation médicale et le DES MIR ?”

 

    En terme de formation initiale, le DES MIR offre la possibilité de réaliser un stage d’anesthésie et un plus grand nombre de stage de réanimation tandis que l’ancien DESC de réanimation médicale offrait davantage de stages de la spécialité médicale en question.

    En terme d’exercice professionnel, l’ancien DESC offrait la possibilité théorique de revenir exercer sa spécialité médicale. En pratique très peu de praticiens reviennent à leur spécialité initiale après des années à temps complet d'exercice de la réanimation.

       “Pourquoi faire le DES MIR alors que le DES d’Anesthésie-Réanimation et Médecine Péri-Opératoire m’offre la possibilité de  travailler dans plusieurs structures différentes, dont la réanimation ?” 


   Les services de réanimation prennent en charge des patients dont les pathologies sont très variées et ont donc besoin d’équipes de praticiens où chacun apporte une part de la réflexion et de la prise en charge. Choisir le DES MIR par rapport au DES ARMPO c’est choisir d’apporter l’expertise d’une ou plusieurs spécialités médicales plutôt que l’expertise péri-opératoire. Mais par conséquent, les MIR n’ont pas vocation à pratiquer l’anesthésie.